Pollution naturelle

La pollution désigne la dégradation d'un biotope par l'introduction, humaine ou naturelle, de substances chimiques ou organiques, gènes ou de radiations. L’être humain est exposé à un rayonnement naturel d’origine cosmique et terrestre. Le débit de dose terrestre – ainsi qu’on le nomme – est mesuré de différentes manières.

Spectrométrie gamma in situ
Mesure sur le terrain: spectrométrie gamma in situ
© Association d'aéroradiométrie

Description

Les sols et les roches renferment des éléments naturels instables, comme l’uranium, le thorium et le potassium, qui émettent un rayonnement radioactif en se désintégrant. La majeure partie du rayonnement mesuré en surface provient des trente à quarante centimètres supérieurs du sol. Le rayonnement issu du cœur de la Terre est absorbé par les couches sus-jacentes. Le débit de dose terrestre est enregistré à un mètre de hauteur et il est exprimé en nanosieverts par heure (nSv/h).

Le débit de dose est aussi variable que la composition des roches. En Suisse, on trouve des lithologies riches en uranium, thorium et potassium dans les Alpes principalement. Les valeurs les plus élevées sont mesurées dans les roches granitiques, qui ont une teneur élevée en potassium (feldspath potassique).

Données

Pollution naturelle: Données

La carte du débit de dose terrestre a été établie par spectrométrie gamma mise en œuvre à différents niveaux: mesures d’échantillons de sol en laboratoire, mesures directes sur le terrain et mesures aériennes. Le débit de dose a ensuite été calculé en admettant qu’il est réparti uniformément dans le sol. Les différentes méthodes appliquées ont une résolution spatiale variable. Comme les points de mesure sont inégalement répartis sur le territoire suisse, les données existantes ont été interpolées pour obtenir un maillage régulier de 2 km x 2 km.


Dangers géologiques

Radiation terrestre (IFSN)